Les rebelles Houthis du Yémen revendiquent une attaque contre deux cargos en mer Rouge

MSC Clara

AA / Sanaa / Ahmed Asmar

Les rebelles Houthis du Yémen ont déclaré, lundi, avoir attaqué deux cargos en mer Rouge en raison de liens présumés avec Israël.

Le porte-parole des Houthis, Yahya Saree, a déclaré que deux drones d’attaque ont visé les navires Swan Atlantic et le MSC Clara en mer Rouge.

« L’attaque a été lancée après que les deux navires ont refusé d’obéir aux ordres des forces navales yéménites », a ajouté Saree dans un communiqué.

Le porte-parole a déclaré que le groupe Houthi continuera d’empêcher tous les navires à destination d’Israël de naviguer en mer d’Oman et en mer Rouge  »jusqu’à l’acheminement des vivres et des médicaments aux habitants de Gaza ».

Une autorité maritime britannique avait signalé plus tôt une explosion à proximité d’un navire près du détroit de Bab al-Mandab et une autre en mer Rouge.

La société pétrolière British Petroleum (BP) a temporairement suspendu, lundi, toutes ses expéditions de pétrole et de gaz via la mer Rouge en raison de la détérioration des conditions de sécurité dans la région.

La Mediterranean Shipping Company (MSC), les compagnies maritimes danoises Maersk, la compagnie maritime allemande Hapag-Lloyd et la compagnie maritime française CMA CGM ont également suspendu leurs traversées via la mer Rouge.

La mer Rouge est la route maritime la plus utilisée au monde pour les expéditions de pétrole et de carburant.

Le groupe Houthi s’est engagé à plusieurs reprises à cibler les navires détenus ou exploités par des sociétés israéliennes, « en solidarité avec la Palestine », et a appelé les pays du monde entier à rapatrier leurs ressortissants faisant partie des équipages de ces navires.

Israël a lancé des attaques aériennes et terrestres contre la Bande de Gaza, en représailles à l’attaque menée, le 7 octobre, par le mouvement de résistance palestinien, Hamas, faisant au moins 19 453 morts et 52 286 blessés, pour la plupart des enfants et des femmes, selon les autorités palestiniennes.

*Traduit de l’anglais par Hajer Cherni

Philippe